Découvrir les cultures malgaches à travers deux pratiques importantes

Située en plein océan indien, Madagascar est une grande île qui appartient au continent africain. Cette contrée suscite la curiosité de nombreux touristes venant des quatre coins de la planète, grâce à la beauté de ses paysages, sa faune et sa flore, mais surtout ses cultures. Les us et coutumes malgaches varient selon les régions où les 18 ethnies se répartissent dans ce magnifique pays. Une des conventions communes à ces 18 tribus est le Famorana ou la circoncision traditionnelle. Un héritage culturel reçu des Arabes que les malgaches ont su conserver depuis des décennies dans leur territoire, notamment dans le folklore Merina. Pour ce peuple du haut plateau de Madagascar, le Famorana constitue un des passages incontournables des garçons vers l’âge adulte, représenté par tout un rituel que chaque famille doit accomplir. En outre, la gastronomie est une coutume à part entière pour les Merina et pour les Malgaches. Elle est omniprésente dans toutes les cérémonies malgaches, que ce soit au cours d’un Famorana, d’un mariage ou même lors des funérailles.

Le Famorana, un rituel qui mérite un coup d’œil

Comme tous les pays juifs et arabes de l’Afrique et du Moyen-Orient, la circoncision est l’une des étapes à franchir dans la vie des jeunes enfants malgaches, notamment chez les Merina. Une fois que les garçons atteignent l’âge de 1 à 3 ans, la famille devra se préparer pour le Famorana de ces derniers. Ce rituel doit être accompli afin que le fils d’un clan puisse devenir un vrai homme et intégrer son rang dans la communauté. Le Famorana a lieu généralement pendant l’hiver à Madagascar. Les férus de la culture malgache pourront découvrir cet usage en se rapprochant d’un foyer dont le bonhomme est sur le point d’être circoncis, lors d’un voyage sur mesure à Madagascar. La veille de l’opération, toute la famille se réunit pour chanter et danser de sorte que la santé, l’abondance et la richesse accompagnent la vie du petit individu. La circoncision se fait avant le lever du soleil. Le prépuce enlevé est ensuite avalé par le grand-père avec de la banane, un geste qui démontre l’importance de la descendance dans les coutumes malgaches.

Quelques idées sur les nourritures typiques des hauts plateaux

La tradition ancestrale malgache ne se limite pas seulement aux différentes pratiques telles que le Famorana, le mariage ou autres cérémonies, elle est également présente dans ses cuisines. La gastronomie malgache est le résultat d’une variété incontestable d’origines ethniques qui constitue sa population, comme ceux des Merina. Allant du petit déjeuner jusqu’au diner, les recettes Merina ne se séparent presque jamais du riz. Le matin, il est assaisonné de brèdes et de quelques épices pour accentuer sa saveur et son parfum. À midi, lors du déjeuner, il existe plusieurs morceaux de viande qui se marient facilement avec le riz, ne citant que le Hen’omby ritra, le Henankisoa ou le Vorona. Ces mets peuvent parfois être cuits avec d’autres légumineuses. Pendant les périodes festives, les Malgaches ont pour habitude de tuer des animaux de la ferme pour égayer toute la famille et les invités. Pour les Merina, un zébu ou un cochon est abattue selon le budget de chaque foyer qui prépare une réjouissance.

Post Author: Prinxius