Visiter La Paz, capitale de la Bolivie

La Paz, la capitale de la Bolivie, se trouve dans une gorge créée par le fleuve Choqueyapu. C’est le centre culturel du pays. En effet, elle abrite de nombreux monuments, églises du XIXe siècle ou musées comportant des collections d’arts précoloniaux.Le Musée des métaux précieux en est un exemple. Situé dans la rue Jaén, il cache de multiples secrets de céramiques et d’orfèvrerie de la Bolivie précolombienne, héritages laissés par les peuples anciens. Lebâtiment est divisé en plusieurs salles. Chaque pièce renfermedes trésors d’une valeur inestimable, dont la Fuente Magna ou « Grande Source » en français, un grand plat en céramique, dont l’âge est estimé entre 3 000 et 3 500 ans. Cette pièce de vaisselle est surnommée « pierre de Rosette des Amériques », du fait qu’ilcomporte des écritures cunéiformes, utilisant des caractères sous forme de clou et de coin. Ce système d’écriture a été mis au point en Basse Mésopotamie et constitue la première écriture dans l’histoire de l’humanité.

La Paz, une nouvelle ville-merveille


À part la visite des musées, les voyageurs iront s’imprégnerde la vie nocturneanimée de La Paz ou observer le plus long et le plus haut réseau de téléphériques urbains au monde durant leurs séjours Bolivie. Ils auront raison d’arpenter la ville, ne serait-ce que pour sa topographie rarequi offre des vues uniques. En effet, La Paz est dominée par le Nevado Illimani, qui veille sur elle, à l’image d’une sentinelle. Illimani, haut de 6 462 m, est une montagne d’une grande beauté, constamment recouverte par la neige. Toutes ces particularités, parmi tant d’autres, lui ont valu l’inscription sur la liste des sept nouvelles villes-merveilles.

Un tour au marché des Sorcières


Ses marchés uniques font également la réputation de La Paz, notamment le marché des sorcières, situé en plein centre-ville. Ouvert jusqu’à la tombée de la nuit,le « Mercado de las Brujas » ne manquerait pas de susciter la curiosité des voyageurs, car on y vend des objetstypiques utilisés lors de pratique de rites magiques de la culture aymarane.Bien que le peuple aymara se soit converti au catholicisme, il a toujours conservé ses croyances ancestrales et a continuéà vénérer laPachamama ou la déesse terre, le Soleil et d’autres divinités. Le marché propose donc aux visiteurs des articlesun peu singulierscomme des amulettes, des poudres ou potions magiques, des tortues censées procurer la longévitéou des becs de toucans, connus pour leurs vertus à guérir les blessures et les maladies. Le fœtus de lama séché est très recherché : les Indiens aymaras en enterrentsur leur terrain, croyant qu’ainsi,la Pachamama leur garantit fortune et protection. Il n’est pas rare que les globe-trotters croisent des « yatiris » qui sont des prêtres traditionnels de la religion aymara. Ces derniers, venus sur le marché pour pratiquer l’art divinatoire, se repèrent de loin grâce à leurs sacs remplis de feuilles de coca et leurs chapeaux.

Post Author: admintrv